De rouille et de bleu

07/02/2019

 

Hier, je vous dévoilais la couverture de Destination Providence bientôt disponible chez Mixed (au mois de mai). Mais comme je vous le disais aussi, 2019 sera une année riche en sorties de mon côté ! Outre ce space op, il reste le tome 3 de l'Appel du Renard à paraître(le 10 avril), mais aussi un 3e petit frère pour la série Fish & Chips (prévu dans l'hiver).
Et il y a aussi un autre projet donc je n'ai pas encore beaucoup parlé, et sur lequel il y aura(it) pourtant beaucoup à dire. Je garde encore un peu de suspens sur le contexte. Par contre, sachant que j'ai le nez dans la dernière relecture, je peux déjà vous proposer un petit extrait :)


📚📚📚

 

"Deux types sortent du camion de chantier garé sur un trottoir trop étroit et entreprennent de débarrasser bardeaux, linteaux, rails et autres sacs de ciment de la benne. Ils s’activent avec efficacité pour pouvoir virer l’utilitaire de là avant de se prendre une prune. Ou juste pour ne pas boucher la rue. Le civisme, ça doit encore exister.
Ils nous regardent, moi et ma démarche d’ivrogne joyeux, et un grand rire vient manger leurs barbes rousses. Deux soleils hirsutes qui dissimulent presque intégralement leurs visages. Ne s’affichent que des fronts hauts et des yeux en amande cernés de fossettes et autres ridules d’expression.
Si semblables…
Des jumeaux.
Ils sont beaux. Enfin, je crois. En tout cas, ce rire sans moquerie qu’ils m’offrent est beau, comme s’ils partageaient ce moment avec moi. J’ai envie de peindre leurs couleurs, de tremper mes pinceaux dans leurs barbes et dans ce que je devine de leurs tignasses flamboyantes, pour le moment emprisonnées sous les casques de chantier. Le matériau idéal pour tracer de grands rayons de lumière dorée, de joie et de rire.
Le timbre de leur voix, rauque et profond, me donne aussi envie de le dessiner. Je sens un dépit bien connu m’envahir à cette idée, car on ne peut pas peindre la musique des gens et de leurs mots. Tout comme on arrive rarement à expliquer que les odeurs ont un goût. Pour moi, les fleurs de glycine évoquent toujours la saveur de la cacahuète. Pas son odeur. Son goût.
Mais tout passe, même les rires couleur rouille et les glycines alimentaires. Alors je rassemble un reste de dignité tout à fait illusoire pour tituber en ligne droite jusqu’à mon immeuble. Là, je m’endors tout habillé sur mon lit, le nez dans ma taie d’oreiller que je n’ai pas changée depuis des lustres. Elle porte mon odeur, j’aime ça. Tant pis si ça fait de moi un goret."


📚📚📚


Promis, je vous en dis plus sur cette novella et tout ce qui tourne autour dans les mois à venir ;)


📚📚📚


▶️ Illustration : Melancholy Miracle
▶️ Artiste : izaaaaa


Je suis à fond sur les collages de cet artiste en ce moment. Je suis tombée amoureuse !
Sa galerie Deviant art, c'est par là : https://www.deviantart.com/izaaaaa/gallery/

Please reload

Posts récents

20/06/2019

09/05/2019

26/04/2019

26/01/2019

Please reload

S'abonner
RSS Feed

ME SUIVRE :

  • Facebook Classic
  • Icône social Instagram

S'ABONNER :

RSS Feed
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now